Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ber.dranreb04.overblog.com - montagne et rando compostelle-photos-patrimoine-randonnée

HAGUENAU Capitale de la DECAPOLE, Guilde Marchande d'Alsace - RUES

Ber Dranreb
Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

_____________________________

HAGUENAU

Capitale de la DECAPOLE,

Guilde Marchande d'Alsace -  de RUES en PLACES pas à pas 

____________________________

POUR FACILITER VOS RECHERCHES sur nos blogs 

AYEZ LE REFLEXE d'UTILISER SOMMAIRES et PAGES THEMATIQUES à DROITE des articles

_________________ > > > > > > 

____________________________

HAGUENAU au fil des rues ( Alsace ) GRAND EST - membre de la décapole !
HAGUENAU au fil des rues ( Alsace )

 

Flanner dans les rues de cette belle ville de Haguenau , se faufiler dans rues ou places est un privilège ; ville de culture Haguenau l'affirme par la qualité de ses bâtiments aux façades ornées . Les toits sont beaux avec une profusion d'ardoises en écailles de poisson . Il est vrai que, pendant plusieurs siècles, Haguenau a été la capitale de la " Décapole " puissante Guilde Alsacienne défendant ses libertés et son gouvernement , faces aux appétits immodérés des nobles , Evéques et Abbés , prédateurs féodaux prêts à toutes les bassesses .

Nous profiterons de cet album sur le patrimoine urbain de la belle Alsacienne pour faire une relation de cette fameuse DECAPOLE . . 

_______________

Sortie de l'article par le SOMMAIRE de la REGION GRAND EST

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

LA DÉCAPOLE . . .

___________________

GUILDE MARCHANDE

______________________________

Une guilde, ou gilde désignait au Moyen Âge ( XI éme au XIV éme siècles ) une association ou coopération de personnes pratiquant une activité commune, généralement des marchands, qui, s'étant dotés de règles et de privilèges spécifiques, demandaient protection aux autorités d'une ville ou d'un État . De nos jours, ce terme, quelque peu désuet, désigne une association privée ayant un but précis .

Ce mot provient du vieux norrois gildi signifiant « coopération » ou « assemblée » ou « troupe » ( autour d'un repas ou d'une beuverie . . . ) et par extension, accord, entente, de personnes entre elles . Est attesté le déterminant issu du latin médiéval ancré dans le langage juridique saxon à partir de gilda, gildum, geldum, à savoir : prestation, tribut, service .

Les premières guildes se mettant au service de marchands, apparurent en Allemagne du Nord sous le règne de Henri Ier, précédant la fameuse Ligue Hanséatique .

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

LA DÉCAPOLE

du MYTHE à la réalité historique

____________________________

Parler de la Décapole aujourd’hui, c’est parler d’un mythe ; celui d’un âge d’or où une dizaine de villes auraient coopéré en toute harmonie et en toute équité géographique : cinq villes de Basse-Alsace, cinq villes de Haute-Alsace qui seraient restées unies du Moyen-âge à la Révolution . Malgré les guerres, les épidémies et les changements d’État ou de nationalité , la Décapole aurait survécu, passant en effet du Saint Empire Romain Germanique au Royaume de France .

ÉTAT des LIEUX

___________________________

La Décapole fut une confédération urbaine de dix villes alsaciennes au départ ( Wissembourg, Haguenau, Rosheim, Obernai, Sélestat, Kaysersberg, Turckheim, Munster, Colmar et Mulhouse ), qui n’étaient pas libres comme Strasbourg, mais « immédiates d’Empire « ( Reichsunmittelbar ), dépendant d’un représentant de l’empereur dans la région, en l’occurrence le Landvogt ou Grand Bailli, situé à Haguenau . Elles se réunirent, en 1354, sous l’autorité de Charles IV, pour fonder une alliance afin de défendre leur statut et de maintenir les privilèges obtenus de l’Empereur . En s’alliant, elles se promettaient secours mutuel si l’une d’elle était menacée par un agresseur extérieur ou par des difficultés internes . Elles s’engageaient, en outre, à régler à l’amiable les éventuels litiges pouvant les opposer les unes aux autres . L’adhésion à cette ligue urbaine ne devait en rien entraver la liberté des cités membres dont aucune n’avait de voie prépondérante .
La Décapole, qui ne porta ce nom qu’au XVIII éme siècle, invention de l’historien Jean-Daniel Schoepflin pour caractériser une institution qui alors avait perdu tout son éclat et que l’on désignait par le terme de « Gemeine Richstette «, villes d’Empire associées ou « Richstette gemeinlich im Elsass «, villes d’Empire associées en Alsace, ne fut en réalité qu’une ligue urbaine de plus .

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

DÉCAPOLE fonctionnement

____________________________

La Décapole n’avait fait que prolonger des alliances antérieures, initiées dès le XIII éme siècle . Elle ne concernait que quelques villes d’Alsace . Sur les soixante-dix villes existantes sur ces territoires où l’unité faisait cruellement défaut, elles furent dix qui arrivèrent à construire une autonomie face aux pouvoirs environnants grâce à leur statut de villes d’Empire .

Car avant, tout ces villes s’étaient associées pour défendre collectivement des libertés chèrement conquises face à la prédation de féodaux avides . Tel l’évêque de Strasbourg, qui au milieu du XIII éme siècle, avait encore un appétit fiscal, d’ogre .

Ces villes étaient toutes situées sur la rive gauche du Rhin , et s’unirent à partir de 1336 . Si elles aspiraient tant à se réunir, c’était pour tenter d’exister, de vivre, voire de survivre . La plupart étaient de création récente . Un siècle plus tôt à peine, Frédéric II de Hohenstaufen fut leur géniteur . La lutte pour leur émancipation fut agitée ; perpétuellement menacées, les villes restaient fragiles . L’Empereur, qui était loin, leur avait certes accordé leur « Freiheitsbrief « , leur charte de franchise supposée les protéger, mais que pouvaient ces parchemins sigillés ( frappés d’un sceau ) face à l’appétit des puissants et à la violence de leur soldatesque ?
A l’intérieur, les nobles avaient longtemps continué à disputer aux corporations la conduite du gouvernement municipal . A l’extérieur, elles craignaient pour leur indépendance . Elles connaissaient l’Empereur, le vénéraient même, lui prêtaient serment mais elles savaient aussi qu’à court d’argent, il était tout à fait capable de les engager ( les gager pour obtenir un prêt ) à un prince quelconque malgré les promesses et les chartes de franchise octroyées par ses prédécesseurs .
Toutes n’adhérèrent pas en bloc, elles furent six en 1336, sept en 1342 pour conclure une alliance de paix publique avant de constituer la ligue des dix villes impériales d’Alsace, le 28 août 1354 . 
Si les gouvernements locaux se ressemblaient, leurs poids réciproques étaient disparates . Haguenau disposait de quatre-vingt-un hectares de ban communal, Munster de huit . Que pesait Kaysersberg ou Turckheim démographiquement face à Colmar ? Pourraient elles, résister à l’empereur Charles IV qui venait d’accéder au pouvoir en 1346 et qui, en pleine entreprise de séduction pour les consolider, venait de leur accorder une exemption de cinq ans, en 1349, de toute contribution et redevance d’Empire .

L’alliance était de courte durée, elle était limitée à la vie, prolongée d’une année, de Charles IV, qui se réservait le droit de révoquer la Décapole à tout moment . Inquiétude face aux épidémies, aux guerres et aux famines vis à vis de l’age de Charles IV ( 38 ans ), ce qui à cette époque n'était la prime jeunesse .

_______________

Sortie de l'article par le SOMMAIRE de la REGION GRAND EST

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

Les PREMIÈRES INTERVENTIONS COLLECTIVES

XIV éme et XV éme siècles

__________________________


La décapole intervint très rapidement à Colmar et à Sélestat où les nobles s’étaient révoltés contre le pouvoir communal des corporations . Grâce à elle, Wissembourg en profita pour s’émanciper encore davantage de l’influence de son abbaye . L’invasion des mercenaires anglais, en 1365 et 1375, la mobilisa de nouveau . Mais elle fut dissoute en février 1378 par Charles IV qui n’avait pas tenu ses promesses . Passant de mains en mains, le Grand Bailliage finit entre les mains de l’Électeur palatin .
La Décapole faillit disparaître, mais voilà que le roi Sigismond la reconnut de nouveau en 1418, moyennant un gros cadeau qui le poussa à confirmer les alliances antérieures de 1354 et 1379 .

Dorénavant, Haguenau en fut la capitale symbolique, Colmar s’occupa des affaires étrangères et Sélestat, par sa position centrale, devint le lieu de réunion et le siège des archives de la ligue . En général, on se réunissait pendant une journée, quatre à dix fois par an, selon l’actualité et les contraintes politiques .

Quand il s’agissait d’envoyer une députation à l’Empereur, au Grand Bailli ou à la Diète d’Empire ( souvent fait par Haguenau et Colmar ambassadeurs de la Décapole ) on partageait les frais . Ceux-ci étaient proportionnels à la taille des villes, Haguenau et Colmar finançant chacun un quart . Les dépenses les plus importantes concernaient les contingents militaires de 80 à 100 hommes, en général, pour faire face aux menaces externes et aux conflits internes .
Les villes participaient aussi sous forme d’impôts ou de mise à disposition de troupes aux expéditions plus lointaines : guerre contre les hussites en 1421 et lutte contre les Turcs de 1467 à 1500 . Les contributions décapolitaines n’étaient pas négligeables : 55 cavaliers et 38 fantassins en 1484, et 4 122 florins, l’année suivante . Ces ressources auraient bien été nécessaires pour faire face aux nombreux conflits qui traversaient l’Alsace tout au long du XV éme siècle . L’incursion des Armagnacs, en 1439 et 1444, mit en péril Rosheim et fragilisa Mulhouse, particulièrement esseulée et à nouveau menacée quelques décennies plus tard quand le Duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, pointa le nez en Alsace .

Des contingents de Sélestat et de Colmar participèrent aux batailles contre le Téméraire, finalement défait à Nancy en 1477 . Aux menaces générales, s’ajoutèrent les conflits internes aux villes qui, à chaque fois, obligèrent les autres à intervenir . Ainsi, en 1465, le comte de Lupfen, seigneur de Hohlandsbourg s’empara par surprise de Turckheim . Il fallut voler au secours de cette dernière . Plus au nord, Wissembourg assista, impuissante, au conflit entre l’abbaye et le Grand Bailli, l’Electeur palatin, dont le séide, Hans von Trotha, se comporta avec brutalité . Quant à l’évêque de Strasbourg, il ne trouva rien de mieux que d’installer, à partir de 1420, des nouveaux droits de douane sur l’Ill et sur la route, entre Strasbourg et Sélestat . Il fallut un quart de siècle de diplomatie pour aplanir le conflit . Entre 1425 et 1460, les dix villes s’entraidèrent une centaine de fois, montrant que le système, malgré ses imperfections, rendait de réels services .
 

XVI éme siècle

__________________________

La décapole existait toujours, Mulhouse la quitta en 1515 pour se rapprocher de la Confédération helvétique et devenir un canton apparenté, ( Zugewandter Ort ) . Elle fut remplacée par Landau, ville prospère du Palatinat, grâce au commerce du vin . La partie méridionale de la Décapole s’arrêta au centre de l’Alsace, à Colmar ! Le sud n’était plus couvert .

Si Mulhouse s’en éloigna, c’est parce qu’elle était bien trop loin du gros des villes de la Décapole pour, soit obtenir son aide, soit pour en prodiguer .
La Guerre des Paysans l’ébranla, elle résista aux désordres de l’introduction de la Réforme . Contrairement à toute attente, le fait politique sut s’imposer au fait religieux . La Guerre de Trente Ans, d’où les villes sortirent exsangues, faillit la détruire .

INCIDENCE du TRAITE de WESTPHALIE

XVII éme siècle

________________________________

Ce traité la confirma dans l’illusion d’exister comme partie d’Empire alors que la préfecture des dix villes était passée aux mains du Royaume de France . La Guerre de Hollande scella son destin et vit tomber, les unes après les autres, les villes de la Décapole dans l’escarcelle de la monarchie française .

Définitivement intégrée au Royaume de France par le traité de Nimègue en 1679, l’alliance des villes fut vidée de toute substance mais maintenue juridiquement .

XVIII éme et XIX éme siècles

_____________________________________

La Décapole resurgit opportunément juste avant la Révolution, alors qu’on ne l’attendait plus, lors de l’Assemblée provinciale en 1787 et rédigea même son cahier de doléances en 1789 où elle demandait le maintien des droits et privilèges, libertés et statuts ,en rappelant que les dix villes formaient jadis une confédération particulière .

Naissance d'un MYTHE

___________________

Après avoir connu l’oubli, elle devint un mythe, celui d’antiques libertés urbaines qu’évoquaient avec reconnaissance et méconnaissance, la bourgeoisie alsacienne au XIX éme siècle, longtemps exclue du gouvernement des villes .

Le mythe devint nostalgie, comme souvent en Alsace, on le folklorisa autant qu’on le sacralisa en le célébrant par la création de bannières, de vitraux, de rencontres, d’associations, de prix destinés à perpétuer sa mémoire . . .

LIENS vers d'autres articles sur HAGUENAU

___________________

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)
Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

sortie du dossier par le

SOMMAIRE du BLOG

 

SOMMAIRE

VILLAGE et PATRIMOINE

RETOUR Accueil

SOMMAIRE ITINERANCE  COMPOSTELLE 2016

SOMMAIRE ITINERANCE COMPOSTELLE 2017

mise à jour SEPTEMBRE 2020 -  goelandmedia.prod@gmail.com   (c)

ABONNEZ VOUS A NOS PUBLICATIONS dranreb0434

ou à celles de NOTRE AUTRE BLOG ber.dranreb04

____________________

Welcome, subscribe to our publications, Thank you !

_____________________________

propriété de www.goelandmedia-prod.fr (c) et de bj photos (c)

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS -- goelandmedia.prod@gmail.com (c)

BIENVENUE et bonnes visites

_________________________

welcome to our English-speaking friends, to translate our texts use the software Reverso

Willkommen bei unseren deutcher sprache ( zunge ) um unsere texte zu übersetzen benutzen sie die software reverso

bienvenido a nuestros amigos de lengua española, para traducir nuestros textos utilice el software reverso

benvenuto ai nostri amici di lingua italiana per tradurre i nostri testi utilizza il software reverso

textes inspirés de données collectées sur le web (c), d'archives personnelles et d'enquêtes sur place - copyright  (c) -

goelandmedia.prod@gmail.com (c) - crédit photos JB (c) -  

propriété de www.goelandmedia-prod.fr ( c ) - SEPTEMBRE 2020 -

___________________

_____________________________________

HAGUENAU au fil des rues - Alsace - GRAND EST - membre de la DECAPOLE
HAGUENAU au fil des rues

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires